×
×
×
×
×
×
×
×
Suivant

Répondre aux besoins de la communauté: interventions des OSC au Brésil

 

 

La société civile au Brésil est confrontée à un moment difficile au cours de cette période de pandémie de Covid-19 alors qu'elle s'acquitte de son mandat visant à atténuer la prise de la maladie sur la communauté. Néanmoins, il a réussi à fournir une assistance directe et indirecte aux communautés vulnérables à travers le pays, traitant spécifiquement des problèmes urgents, notamment la sécurité alimentaire, la santé et l'information.

Malgré le traitement désinvolte que le président a réservé à la pandémie, la société civile brésilienne l’a fait grâce à la création d’alliances, au financement participatif et au réseautage entre diverses organisations. Cela leur a permis de fournir une assistance et de faire une différence dans la vie des personnes vivant dans les rues ou les bidonvilles, celles sans approvisionnement régulier en eau, ainsi que les communautés rurales autochtones et afro-brésiliennes sans accès à des politiques publiques adéquates.

Les mouvements sociaux ruraux, tels que le Mouvement des Travailleurs Sans terre (MST) et le Mouvement des Petits Agriculteurs (MPA) ont fourni d'énormes quantités de nourriture aux communautés urbaines dans le besoin, soulignant non seulement l'importance de l'agriculture familiale et des systèmes agro-écologiques pour la sécurité alimentaire, mais aussi le principe de solidarité qui guide les actions des mouvements sociaux. Une priorité pour ces OSC a été la distribution de nourriture, de produits de nettoyage, de masques et autres protections. Cela a contribué à ralentir la dissémination du virus et à éviter l'effondrement précoce du système de santé publique, qui a subi d'importantes compressions budgétaires ces dernières années.

Ces efforts ont toutefois continué d'être entravés par les actions du président d'extrême droite, élu lors d'élections très controversées fin 2018. C'est encore plus grave si l'on considère que le Brésil est l'un des pays les plus inégalitaires au monde, avec des disparités de classe, de race et de genre profondément enracinées.

Les organisations non gouvernementales, les organisations communautaires et les organisations confessionnelles au Brésil sont bien conscientes des défis auxquels elles sont confrontées et de leur rôle multiforme. Ainsi, elles mènent également des campagnes d'information pour atteindre des groupes spécifiques, fournissant des soins de santé mentale, un soutien religieux à distance et des informations utiles aux femmes qui souffrent de violence domestique pendant leur confinement, entre autres types d'actions.

Les OSC mobilisent des soutiens aux niveaux local et national afin que le gouvernement réponde à la pandémie par des politiques d’urgence capables de sauver efficacement des vies. Un exemple réussi a été la campagne nationale pour l'approbation d'un revenu minimum pour de larges secteurs pauvres de la population, principalement les travailleurs informels dont les moyens de subsistance ont été rendus impossibles dans le contexte de la pandémie (www.rendabasica.org.br). Parmi les autres propositions importantes figurent l'imposition de fortunes importantes et le rétablissement de programmes de sécurité alimentaire réussis qui ont été interrompus par le gouvernement national.

L'approche proactive et nuancée de la pandémie tenue par la société civile pour faire face à la pandémie et ses impacts - avec la prestation de services associée au plaidoyer et à l'intervention politique - ouvre un espace et crée de nouvelles opportunités de dialogue avec de larges segments de la population brésilienne. La pertinence de la société civile est plus visible dans ce contexte, non seulement pour les personnes les plus pauvres mais aussi pour d'autres secteurs de la société qui ont été exposés à des discours extrêmement négatifs - y compris des déclarations cinglantes du président - sur les droits de l'homme, l'activisme, les organisations non gouvernementales et les mouvements sociaux. En effet, la société civile est très active dans la sphère publique, discutant de la pandémie et établissant les liens nécessaires avec d'autres questions structurelles, telles que la pertinence de l'état et des systèmes de santé publique, la valeur des droits de l'homme, l'importance de l'accès à l'eau en tant que bien commun et l'impact du racisme institutionnel et des inégalités entre les sexes.